Parenthèse

J’ai perdu tout repère dans ce brouillard :
Un ciel gris bleu, une terre bleu gris.
J’ai perdu tout contrôle de mon cafard.
Ma ballade hivernale emporte mes soucis.

Toile 50 X 70 (triptyque 160 X 70)
Technique mixte

Parenthèse (2)

J’ai versé tant de larmes dans ce blizzard :
Une pluie diluvienne, une averse de cris.
J’ai versé dans le ciel toutes mes idées noires.
Ma ballade matinale me sort de ma nuit.

Toile 50 X 70 (triptyque 160 X 70)
Technique mixte

Parenthèse (3)

J’ai laissé mes pieds nus me guider au hasard,
N’ai croisé personne, toute centrée sur ma vie.
J’ai laissé la lumière habiter mon regard,
Abandonné mon vague à l’âme, dans la neige enfoui…

Toile 60 X 70 (Triptyque 160 X 70)
Technique mixte

Empreintes

Une demeure familiale…la tienne…
Une demeure à débarrasser de ses meubles, de ses secrets :
Ici encore la vieille poussette, par là, plus loin, ces fleurs fanées,
tous ces restes d’existence, de tes parfums encore chargés !
Il y a ces murs à l’intérieur tapissés par les ainés :
celui de ta chambre grand-mère que je m’apprête à démasquer.
Sous les pans de papier peint, des marques de colle, de doigts tâchés…
Empreintes…
Emplacement de toiles sans doute déplacées,
arabesques amorcées puis lâchement abandonnées,
tentatives maladroites de juxtapositions de traits,
traces de vie, trace du passé, de joies, de peines, de doutes cachés…
Et cette photo aussi grand-mère, la jeune fille que tu étais !
Je t’ai connue à l’heure où ton visage fanait :
si sûre et si fière, t’ai-je dit que je t’aimais ?
Puis sur le sol, cette lettre, lettre jaunie que je reconnais.
Ton dernier Noël : je n’avais pas voulu me déplacer !
Regrets…
Manque de toi, de ta demeure entre des mains étrangères laissée.
M’entendront-ils derrière le mur verser ces larmes trop salées ?
Avant de le recouvrir à leur tour de leurs empreintes indélébiles,
Apercevront-ils ton âme dans le ciment toute noyée ?
Je l’espère, comme je l’espère !
Je l’ai moi presque embrassée…

Toile 80 x100
Technique mixte

Côté cour

Elle se sent si petite
sans défense et sans recours.
Les bras liés, le cœur blessé,
accroupie au fond de la cour…
La vie lui en a réservées de bien belles.
A sa foi, bien longtemps, elle est pourtant restée fidèle.
Aujourd’hui, apeurée, elle ne sait plus trop de quel côté
guider son âme, baisser les armes,
poser ses clefs, se retourner ?
En attendant, elle s’enterre
et se cache chaque jour,
priant pour que cesse l’orage,
que passe la rage
et que repousse
la fleur sauvage attirée par la lumière vive de son blanc linceul…
Déjà, le voit-elle, celle-ci perce la mousse !
Déjà, le sent-elle, elle n’est plus tout à fait seule !

Toile 80 X 100
Technique mixte

Spleen

Douce mélancolie sur le tabouret rouge,
l’heure est au recueillement et à la confidence.
L’assise est stable et le pied cerné.
Le corps en équilibre au dessus du sol
amène l’harmonie des sens et l’organisation des pensées.
Une petite mise au point en cet instant volé,
une curieuse parenthèse dans cette vie comblée,
histoire de se retrouver avec soi-même,
de redresser sa route, de ne pas trop s’éloigner.
Petit coup de spleen passé inaperçu,
au milieu de la conversation futile
dont il faudra bien reprendre le fil…un jour ?

Diptyque 60 x 150
Technique mixte

Le repli

Il pousse de la glace sous tes pieds…
D’une épaisseur variable, elle te surprend, te fait trembler.
Affolée tu tombes, délicate poupée.
Petit fœtus de glace abandonné à son sort,
tu replies tes frêles membres sous ton ventre si chaud,
et tu rentres ta tête ardente : à l’extérieur, c’est le chaos !
Ta chaleur soudaine offerte à la glace,
amène à la surface de surprenantes bourrasques.
Alors résignée, sans armes, tu attends la fonte,
avec une patience étonnante, un autre jour plus beau…

Toile 80 X 60
Technique mixte

La cachette

Plutôt bien là sous le voile de crêpe?
J’y vois tout, j’entends tout.
Protégée du dehors et du grand monsieur Loup, à l’abri, dans ma nuit, rien ne m'arrête.
Je filtre et je trie, je choisis et je jette.
Si c’était si facile...
Parfois la vie passe à travers, des étoiles filantes chargées de messages, coups de fil, coups de poing dans l'écouteur.
Sur le fil, j’aiguise mes sens quelque soit l’heure.
Coups du sort, c’est sur moi que ça tombe...encore!
Je raccroche, dans ma planque, il me vient des remords.
Je me décide, je rappelle et j’y laisse des ailes.
Suis si bien pourtant dans ma cachette.
J’y invite trop de monde, faut-il que je sois bête?

Toile 73 x 116
Technique mixte

De guerre lasse

Curieux combat que tu mènes à nouveau aujourd’hui,
impitoyable affrontement où se mêlent, en vase clos,
déception, renoncement… lassitude.
Tu tends les mains vers la surface plane,
tu la consoles, attristée par l’image renversée.
En vérité, d’Elle, jamais de travers tu n’acceptes.
Et tu découpes de ton regard affuté,
les aspérités de son âme que tu ne saurais tolérer.
Tu la voudrais lisse, d’humeur égale,
toujours souriante à ton reflet ;
Voilà que maintenant tu la rejettes
peu décidée à négocier.
De guerre lasse, Elle s’en retourne
et tu abandonnes à la glace l’ennemie fuyante et repentante
que bien souvent tu reconnais…

Triptyque 90 X 150
Technique mixte

La chaise à deux pieds

Même…si tes yeux vides me fuient…
Même…oh quand bien même des idées noires t’habitent !
Je t’empêcherai…
Même…si ton corps froid résiste…
Même…oh quand bien même le mien si chaud insiste !
Je t’empêcherai…
Je t’empêcherai…de vaciller, de t’envoler vers un ciel trop sombre,
de t’égarer sur des astres sans nom.
Même…si dedans tu paniques…
Même…oh quand bien même ton reflet blanc t’effraie !
Je t’empêcherai…
Même…si tu n’aimes plus aimer…
Même…oh quand bien même tu oublies ce que c’est !
Je t’empêcherai…
Je t’empêcherai…de basculer, de t’enfoncer dans les limbes profondes,
de culbuter dans des gouffres sans nom.
Je t’empêcherai, je refuserai, là, planté dans ton ombre,
que tu quittes à jamais ton éternelle chaise à deux pieds…

Toile 50 X 60
Technique mixte